Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog kodamian

03 novembre 2020 3ème jour du trek commencé à Kerikeri et fin à Mangamuka. Autostop jusqu'à Kaitaia

23 Septembre 2021, 09:44am

Publié par kodamian

Ce 3ème jour, on poursuit le trek mais le sol est très boueux après la pluie qui est tombée durant la nuit.

 

On passe encore à côté de Kauris et il faut faire attention de ne pas glisser sur le chemin mais on arrive bientôt sur la route.

On trouve une exploitation agricole où on demande si l'on peut avoir de l'eau et c'est bien sûr une réponse positive qu'on obtient. On refait nos réserves qui nous permettent de poursuivre le track.

On arrive 90 minutes plus tard à Mangamuka et ce sera la fin de notre marche. Mes compagnons de route sont fatigués et ne veulent pas vraiment continuer avec le mauvais temps et la fatigue, donc on décide de faire du stop pour aller à Kaitaia.

 On nous a parlé de superbes hamburgers à Mangamuka et on en profite.

On fait alors de l'auto-stop pour aller vers Kaitaia et une charmante néozélandaise nous dépose à la bifurcation de la route qui va vers Kaitaia. Elle va vers Rawene dans l'autre direction.

On a donc 56 kilomètres pour arriver à destination. 

On pose les sacs et l'un après l'autre, on tend la main pour faire le stop, mais il y a très peu de trafic. Il nous faudra attendre presque une heure pour avoir enfin un véhicule qui nous déposera à Ahipara. 

 

Depuis Ahipara, il n'y a plus qu'une dizaine de kms pour arriver à Kaitaia et ce sera rapidement qu'une voiture nous emmenera à bon port.

Voilà le track que l'on a fait à pieds : 52 kilomètres à travers la foret principalement depuis Kerikeri jusqu'à Mangamuka.

Voici la partie faite en autostop depuis Mangamuka pour rejoindre Kaitaia. La S1 étant en travaux était fermée et c'est pourquoi il fallait faire le détour par Hereniko.

 

Voir les commentaires

02 novembre 2020 Poursuite du track dans la foret de Puketi

23 Septembre 2021, 08:44am

Publié par kodamian

La balade à travers la foret de Kauri qui est au programme pour commencer la journée est trés  agréable et il est difficile d'imaginer qu'il y a encore deux siècles, c'est le pays tout entier qui était recouvert par les forets de Kauri qui malheureusement ont été abattus en raison de la qualité du bois qu'ils procurent. 

On voit ici un piège à possum et hermine qui sont des rongeurs qu'on trouve en grand nombre et qui malheureusement entrainent la disparition des kiwis et d'oiseaux en raison du fait qu'ils en mangent les oeufs. On trouve par conséquent un peu partout des pièges pour les attraper.

Les Kauris sont des arbres très grands et qui peuvent vivre des centaines d'années. Ils ont un bois qui a intéressé les constructeurs de bateaux pour la fabrication des mats en particulier.

 Tout en marchant le long du chemin, une voiture s'arrête pour nous proposer de nous déposer à 2 kilomètres, là où la partie intéressante du trek se poursuit. Nous montons dans la benne, et constatons que notre chauffeur est un chasseur de Possum et d'hermines qu'ils ramassent depuis les pièges posés un peu partout dans la foret.

 Voici quelques animaux ramassés le matin même. Les animaux seront vendus alors pour leur peau d'une part, et pour leur viande destinée aux animaux d'autre part.

 Voici à quoi ressemble un piège

 Voici un piège qui a attrapé un animal 

On poursuit le track et les panneaux nous indiquent la direction à suivre

Il faut faire attention à bien sûr ne pas toucher les pièges avec le poison qu'il contient et suivre les recommandations indiquées.

 On poursuit notre track dans la foret avec une vue sur la région. 

Un peu de repos après la descente d'une centaine de marches et avant de poursuivre...

On arrive alors au bord d'une rivière que l'on va longer durant plusieurs kilomètres. 

Il y a toujours les triangles oranges pour nous permettre de nous repérer.

 

On sort de la foret protégée et il faut bien faire attention à nettoyer nos chaussures pour éviter d'y apporter des maladies transmises par les bactéries qui se trouvent dans le sol, bactéries qui entrainent un dépérissement des arbres. 

On doit tout d'abord brosser les chaussures avec la brosse à main et celle qui est au sol, puis on doit vérifier que la semelle soit propre pour ensuite la désinfecter en appuyant sur la grille que l'on voit sur cette photo ci-dessous et qui entraine alors la pulvérisation de desinsecticide.

 On est toujours dans la foret et la végétation y est luxuriante.

Il est 17 heures quand on se pose enfin après cette journée et c'est le moment de se faire à manger. Superbe deuxième journée de track. 

J'ai l'habitude désormais de dresser la tente et pour une fois, et en deux temps trois mouvements, elle est prête.

 

Voir les commentaires

01 Novembre 2020 Te Araroa Treck : De Kerikeri à Puketi Forest

23 Septembre 2021, 08:08am

Publié par kodamian

Avec Caleb et Moritz, on part ce matin de bon matin pour notre première journée de treck ensemble. On a pris ce qu'il nous faut avec nous comme eau et nourriture, et c'est parti pour cette aventure de quelques jours. Il est 7h30 quand on part enfin.

On suit le chemin du treck qui traverse Kerikeri et on passe à coté des chutes d'eau qui sont nombreuses aux alentours de la ville.

Les triangles oranges sont le signe qu'on est bien sur le trek. 

On marche tranquillement et on a de la chance que le beau temps soit au rendez-vous. On tombe à un moment donné en quittant la ville sur un producteur local de fruits et légumes, alors c'est l'occasion pour nous d'acheter encore quelques produits frais pour la journée.

Dans la région autour de Kerikeri, il y a de nombreux maraichers ainsi que de nombreux vergers. 

 Bien sûr, comme partout en Nouvelle-Zélande, il y a beaucoup d'élevages bovins et ovins, et les vaches sont curieuses de nous 3, énergumènes à 2 pattes avec nos sacs sur le dos qui passent devant elles tout en souriant.

Comme je l'ai déjà vu à plusieurs reprises, il y a des peaux de cochons qui sont pendues aux clotures, et je me demande si c'est pour les vendre ou bien pour les faire sécher. 

Tiens ! un panneau original qui signifie " Attention, il y a des kiwis susceptibles de traverser la rue. X-ING signifie CROSS-ING.  Malheureusement, on n'en voit que très mais vraiment très rarement, car l'animal est peureux et d'ailleurs, il n'en reste plus beaucoup dans le pays.

Le chemin passe entre les propriétés privées, et il faut toujours faire attention aux clotures car elles sont souvent électrifiées. 

Il est midi et demie, celà fait donc 5 heures exactement qu'on a quitté l'hostel à Kerikeri. C'est l'heure du casse-croute.

Après cette pause, on continue et on marchera ainsi jusqu'à 17h avant d'arriver à Puketi où on posera nos tentes et nos affaires.

 

 

Voilà le trajet que l'on a fait aujourd'hui à pieds, une vingtaine de kilomètres pour aller de Kerikeri jusqu'à la foret de Puketi le long du Te Araroa Treck.  La plupart des trekkers font le treck dans l'autre sens, partant du nord et allant vers le sud . 

 

Voir les commentaires

31 octobre 2020 Dernières heures à Whangarei et auto-stop pour Kerikeri

22 Septembre 2021, 15:39pm

Publié par kodamian

Je sors de prison aujourd'hui ... oui, je sors de mon backpacker's " Cell Block " qui est une ancienne prison transformée en hostel.

 

 

Je vais faire un petit tour au marché qui présente des fruits de mer entre autres provenant d'éleveurs locaux.

 

 

 

 

Puis c'est l'heure du départ. Avec un néozélandais qui était hier à l'auberge, on a décidé de faire une partie du track " Te Araroa "  que je n'ai pas faite , de Kerikeri à Ahipara. On prend nos affaires et on va faire de l'auto-stop sur la route principale. 

Et en quelques minutes, un allemand en camping car nous prend et nous emmène jusqu'à Kerikeri. Sur la route, on s'arrête à Kawakawa célèbre pour ses toilettes d'Hundertwasswer ainsi que pour sa gare.

Ci-dessus le van de Moritz

En discutant, Moritz décide alors de se joindre à Caleb et à moi pour trekker pendant quelques jours à travers le Northland et partir depuis Kerikeri jusqu'à Ahipara.

Je fais le guide touristique à Kawakawa, ayant déjà visité à plusieurs reprises la ville.

 

Et on rejoint Hone Heke Backpacker à Kerikeri pour se préparer pour le départ le lendemain matin.

Comme Moritz a décidé de nous accompagner, on va avec lui pour faire ses courses, et il en profite pour acheter des chaussures de marche, car ce sera nécessaire pour le treck qui nous attend. 

 

Voir les commentaires

30 octobre 2020 Whangarei ( 3ème journée )

22 Septembre 2021, 14:40pm

Publié par kodamian

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Il y a un certain nombre de galeries d'art à Whangarei. Je vais visiter une galerie d'art moderne.

Voici quelques oeuvres ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je poursuis ma visite de la ville vers le Jardin Botanique qui est situé dans le terrain cédé par une ancienne carrière proche de la ville.

Le terrain a été réhabilité et c'est une promenade à travers de multiples plantes et fleurs.

 

 

Puis je retourne en ville en prenant encore quelques photos de fresques ou d'autres oeuvres d'art.

Dans une rue des rues principales de la ville ....

 

 

Voir les commentaires

29 octobre 2020 Whangarei ( 2ème partie )

22 Septembre 2021, 12:02pm

Publié par kodamian

Cette fresque est sur un des murs de Whangarei et je l'ai photographiée hier soir.  Le contact des nez a une signification toute particulière pour le peuple maori.

Maintenant, voici une série de dessins faits par des enfants de 7 ans de l'école primaire d'Onehari sous la supervision de leur enseignant Bridget Pickford. En 2016, les écoles locales ont été sollicitées pour fournir des travaux artistiques pour les célébrations du mois d'Hundertwasser à Whangarei.

Les peintures ci-dessous font partie des meilleures. Les originaux sont sur papier et ont été agrandis pour être définitif par Jenny Hill.

 

Dans le centre de Whangarei, juste à coté de la Marina, un nouveau centre d'art sort de terre et il faudra encore quelques mois pour qu'il soit terminé. C'est un centre du nom d'Hundertwasser, un artiste d'origine autrichienne qui émigra en Nouvelle-Zélande.

 Le Projet

C'est à Kawakawa qu'on trouve les fameuses toilettes d'Hundertwasser.

27 années pour finir le projet qui n'est pas encore fini en ce mois d'octobre 2020.

Le centre est situé à coté de la Marina de Whangarei.

Il y a une belle balade à faire qui part de ce centre Hundertwasser et qui va jusqu'aux chutes d'eau de Whangarei et qui passe par Mair Park,  Parihaka reserve, Ah Reed Memorial Park pour enfin arriver aux Chutes. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Pa ou forteresse maorie fait partie d'un complexe de sites de défense le long du plateau de  Parahaki qui surplombe la région. On peut voir les fondations sous la végétation. Celà comprend des puits de stockage et des terrasses, des parterres de maison et des sous bassements de palissades en bois qui étaient érigées autour de la forteresse. La pierre centrale au centre de la maison était utilisée pour chauffer l'intérieur. La maison ( whare ) traditionnelle était rectangulaire de forme et possédait des piliers de soutien. Elle était fabriquée avec un bois léger, raupo et nikau faisaient partie de la construction,  et les piliers étaient en bois de manuka.

Il n'y avait pas de fenêtres et il y avait une seule porte d'entrée ouverte sur une véranda. On cuisinait à l'extérieur générallement sous un abri. 

Le dessin que l'on voit ici provient d'une reconstruction basée sur des photographies. Quand Robert Mair grimpa jusqu'au Parahaki en 1842, il trouva un point d'observation sur un totara  avec un toit , les restes d'une maison étant au sol.

 

 

 

 

 

Je retourne au centre-ville après cette balade dans la nature.

 

La Maison Reyburn est une des dernières maisons des pionniers qui vinrent fonder la ville de Whangarei. La première partie avait été construite en 1870 puis étendue par la suite en 1884, et finalement terminée comme elle est aujourd'hui autour des années 1900.

 

 Je passe à coté d'une galerie que je vais visiter et j'apprends que certains artistes locaux exposent ainsi leurs oeuvres ici.

 

 

 

 

 

 

 

 

Je traverse une dernière galerie avant de retourner vers mon hostel.

 

 

 

Voir les commentaires

28 octobre 2020 Whangarei 1ère partie

22 Septembre 2021, 09:08am

Publié par kodamian

Suite à l'article précédent, je quitte donc le Te Araroa Trail pour aller visiter la ville de Whangarei. J'ai la chance d'être pris au bord de la route par une voiture qui m'a vu marcher avec mon sac à dos. Par le plus grand des hasards, il s'agit d'une française qui habite dans la banlieue de Whangarei mais qui vient y travailler.  Elle me dépose devant l'hostel que j'ai réservé , Cell Block, qui est une ancienne prison reconvertie en backpacker.

Les chambres sont les anciennes cellules des détenus et c'est vraiment la première fois que je dors en prison.

Difficile de s'évader avec de telles grilles.

On a les cellules de chaque côté du couloir et on trouve aussi cuisine, salle de bain et espace de repos dans l'auberge.

 

Pour avoir un aperçu de ce que peut être une salle de bain dans une prison ...

Sur un panneau, je photographie les cartes de la ville pour me repérer et je pars me balader en ville. Mon backpacker " Cell Block " est situé sur cette première carte au numéro 9.

Je repère ainsi le trajet pour aller au I-site ( Information Center ).

Sur cette deuxième carte, on peut avoir un aperçu de la région de Whangarei. Ce matin, j'étais en bas et à droite de cette carte dans la région de Whangarei Heads.

Le backpacker est situé juste en face de l'Hotel de Police.

Et de l'autre côté de la rue, c'est " Le Bistro " !

La ville de Whangarei est une des villes importantes du Northland.

On y trouve tous les services.

Il y a comme partout des fresques sur certains murs et qui sont vraiment sympas.

 

En me dirigeant vers le Centre d'information, je vois un grand batiment en construction qui me fait immédiatement penser à Hundertwasser ( voir article sur lui dans le blog ).

J'arrive enfin à la Marina.

La Marina est devenue aujourd'hui une zone touristique importante de la ville, où on peut trouver restaurants et cafés. 

 Je vais faire un tour au bureau de la Marina, où on peut trouver un certain nombre de livres à consulter ou à emprunter. En effet, il y a de nombreux navigateurs qui font escale dans ce port après avoir traversé l'océan pacifique et c'est un lieu agréable où séjourner.

On peut ainsi trouver des livres en plusieurs langues.

 Je m'attarde devant cette image de Whangarei à l'époque.

Sur cette seconde photographie, on peut voir en bas la Marina où je me trouve avec les voiliers qui y sont ancrés, puis la riviére se dirige vers l'est et son estuaire en boucles. On voit au fond Whangarei Heads qui est la Montagne Nord à l'embouchure de la rivière Whangarei et du côté sud le terminal pétrolier et gazier à l'endroit appelé  " Marsden Point ".

Suivant les conseils de l'I-Site ( information Center ), je vais tout d'abord visiter le fameux musée de l'Horlogerie " Claphams " .

 

 

J'y passe plus d'une heure à découvrir ce musée qui est le plus important de l'hémisphère sud dans son domaine. On y apprend toute l'histoire du temps qui s'écoule et des moyens que les premières civilisations ont utilisés pour quantifier le temps qui passe.

On trouve des oeuvres d'Europe et de France dont cette horloge provenant d'horloger de la Nièvre.

 

 

 

 

 

 Je veux en savoir plus sur Clapham qui créa se musée et je lis alors sa biographie.

 

 La passion pour les montres d'Archibald Clapham ( 1882 - 1963 )

C'est le pendule imposant de son grandpère qui avait impressionné dans son enfance Archibald. Son père remarquant sa fascination pour la mécanique, lui offrit une boite à musique quand il eut 7 ans.

Ce fut alors un hobby qui ne le quitta plus.

Son nom comme collectionneur de montres et d'horloges avec un certain sens de l'humour  fit le tour du monde, et sa collection d'objets concernant le temps sont connus mondialement et le musée fait désormais partie du patrimoine de Whangarei.

 Inventeur et créateur

Tout au long de sa vie, Archibald avait un esprit d'indépendance et le sentiment que tout était possible si on le voulait bien.

Dès l'age de 16 ans alors qu'il habitait encore en Angleterre, il possédait des outils et était intéressé par tout ce qui touchait de près ou de loin à la mécanique. Il acheta une bouilloire d'occasion, fabriqua un moteur à vapeur, l'installa dans un bateau d'occasion et transporta des passagers le long de River Tees dans le Yarm, la ville du Yorkshire dans laquelle il était né.

 

 Archibald voulut devenir horloger depuis sa jeunesse mais commença un apprentissage dans l'ingénieurie, sans oublier son intérêt pour les montres et les horloges dont il fit un hobby.

Archibald quitta l'Angleterre en 1903 à l'age de 21 ans, et après avoir habité dans diverses régions de Nouvelle-Zélande, décida de s'installer dans une petite ferme à proximité de Whangarei avec sa femme Eva et leurs 4 garçons. Un héritage familial lui permit de commencer sa collection d'horloges avec l'idée d'ouvrir un musée.

Sur ce panneau en quittant le Musée, il est écrit qu'à la fin de notre balade à travers le temps, on trouvera que le temps est plus populaire que jamais. Environ 500 millions de montres sont vendues chaque année.

 

Voir les commentaires

28 octobre 2020 De Jaggers Camp à Urquharts Bay ( Versant nord de la rivière Whangarei )

21 Septembre 2021, 20:31pm

Publié par kodamian

Hier soir, je suis arrivé dans ce camping appelé " Jaggers Camp ". J'y ai dressé ma tente sous le grand batiment et celà m'a permis d'éviter la pluie de la nuit. Il y avait par chance l'électricité, ce qui a permis de recharger les batteries du téléphone portable et de ma powerbank. 

Le lieu était sympa mais le souvenir que j'en garderai est ma rencontre avec un jeune homme de 18 ans qui est venu en fin d'après-midi quand j'installais ma tente et qui s'est excusé pour le désordre ambiant dû au fait qu'il venait de se marier quelques jours avant dans l'endroit. Etonné par son mariage à 18 ans, il m'a dit que sa femme était plus agée ...et qu'elle avait 19 ans ! C'est elle que je vis arriver quelques minutes plus tard .. en moto 600 cc.

Je continue le trajet du Te Araroa trail  jusqu'à Whangarei Heads pour me diriger vers Urquharts Bay. Les trekkers du Te Araroa prennent alors un bateau pour Marsden Point sur l'autre rive, mais j'ai décidé de rester quelques jours à Whangarei pour visiter la ville et ses alentours.

Voici le trajet approximatif que je vais effectuer durant cette journée.

 

J'adore cette balade au petit matin quand tout est calme, quand je suis seul face à cette immensité. La nature me comble et j'ai la sensation d'être revenu au temps où cette terre était encore totalement vierge. Le ciel semble lourd mais il fait bon.

Après quelques minutes, je retrouve la plage que je vais longer plusieurs kilomètres jusqu'à Whangarei Heads.

Au loin, je peux apercevoir déjà Whangarei Heads qui marque le versant nord de la rivière.

Je vois sur la plage les traces de pneus des quelques 4x4 qui y viennent, convoyant les bateaux des pecheurs. 

Le ciel semble se dégager à l'horizon et la journée peut être sera ensoleillée.

Une nouvelle baie s'offre à moi.

Et je gravis la première colline. En me retournant, je constate le chemin accompli depuis quelques jours déjà.

En ce début de printemps, je m'arrête pour admirer les fleurs.

 

Ayant marché dans l'eau, je dois changer mes chaussettes qui sont trempées. Pour les chaussures, il faudra attendre.

Je poursuis mon chemin et j'arrive devant ce panneau qui raconte l'histoire de la station de radar datant de la seconde guerre mondiale, appelée Naval Post Number 7.

Une leçon d'histoire :

La station avait été construite pour défendre Whangarei. Le poste était une station de radar opérant en secret durant les dernières années de la seconde guerre mondiale en réponse à la menace d'une invasion japonaise.

En 1942, l'armée de terre et la Marine avait établi un réseau de plus de 40 stations dotés de radar tout autour des cotes de la Nouvelle-Zélande. Ce réseau était une grande réussite du point de vue technologique. C'est seulement à la fin des années 1930 que l'utilisation de système de radar fut possible et son developpement fut accéléré avec la deuxième guerre mondiale. Les scientifiques travaillant pour le gouvernement , combinant leur ingéniosité avec les quelques composants venant d'Angleterre, avait construit la première station de Nouvelle-Zélande en 1939. 3 années plus tard, un radar fut livré à Breamhead avec un contingent composé de  5 hommes de la Marine.  Les hommes postés ici ne vivaient pas dans des conditions luxueuses, mais disposaient d'eau chaude, de machines à laver et d'un réfrigirateur.

Le plus embêtant était finalement l'ennui, car l'homme chargé de la surveillance avait un travail fastidieux. Il devait passer de longues heures à observer l'océan ou se battre avec la radio en tatonnant pour obtenir un contact avec le monde extérieur. Il devait endurer, peut être de manière exagérée, la monotonie et l'ennui de cette tache sans compensation de nombreuses amitiés. C'est seulement à proximité de quelques ports importants qu'il avait assez de travail pour le maintenir occupé. ( D.O.W HALL, 1950 )

Voici à quoi ressemblait la station radar. 

 Voici le plan la station radar dans son entier

 Je prends un petit escalier pour aller voir de plus près l'endroit.

On voit alors un des batiments en béton qui faisait partie de la station radar.

 

 

 

J'aperçois alors de l'autre coté de l'embouchure de la rivière le port principal de Whangarei, sur le versant sud.

Un panneau m'indique la direction à prendre pour poursuivres le Te Araroa trail. C'est à gauche de " Te Whara Track " que l'on peut voir le signe indiquant le " Te Araroa trail ".

Au large, un pétrolier est en attente ou peut être sort du port.

 Le port de Whangarei est sur le versant sud.

 

L'endroit est dénommé " Te Whara " ou en anglais Bream Head Scenic Reserve. Bream Head veut dire " tête de dorade ".

Le parc présente de nombreuses variétés de paysages, de faune et de flore. On y trouve des terres de paturages ainsi que des forets, des dunes de sables et des pics abrupts. On trouve la plus importante foret de feuillus du Northland. Plusieurs espèces animales y vivent, dont les kiwis, le kukupa qui est un pigeon, le kaka et d'autres invertébrés. Plus de 300 variétés de plantes sont présentes dans le parc dont certaines très rares.

L'endroit est peuplé depuis les temps reculés, ceci étant prouvé par la présence de coquillages, de forteresses maories " pah " et de colline en terrasses. Te Whara et le Mont Manaia ont eu une importante particulière pour beaucoup de tribus de Te Kai Tokerau.

C'est donc ce trajet en pointillé en rouge que j'ai suivi en partant d'ocean beach et en arrivant à Urguharts Bay.

Cette vue aérienne montre la Péninsule de Whangarei. on a donc en premier plan à droite l'océan pacifique et au fond la baie de Whangarei.

Je descends du massif du versant nord de la riviére Whangarei et longe à présent Urguharts bay. 

Je m'arrête devant ces quelques fresques d'un artiste local.

 Et j'aime ces boites postales originales que l'on trouve dans tout le pays. Son design fait référence à Hundertwasser.

C'est là que je vais être pris en stop pour me rendre à Whangarei ( prochain article ).

 

Voir les commentaires

27 octobre 2020 De Ngunguru à Manaia View Farms

21 Septembre 2021, 17:08pm

Publié par kodamian

Aujourd'hui, c'est une journée OUF car il va falloir traverser deux rivières et c'est au moment de la marée basse qu'il est seulement possible de le faire. Heureusement, notre hote nous indique exactement les horaires à respecter pour être dans les temps pour pouvoir traverser sans problème.

Comme dirait l'autre, l'aventure c'est l'aventure .... et en faisant ce trek, c'est bien ça qu'on recherche ! Sortir des sentiers battus !

Après avoir passé la nuit dans un bon lit dans une chambre privée, je me lève pour aller préparer mon petit déjeuner et c'est là que je regarde d'un air perplexe le trajet qui m'attend aujourd'hui.

Mon sac est prêt et je ne pars pas tout seul heureusement pour cette traversée des rivières au niveau des estuaires.

Tout est bien indiqué sur cette grande carte affichée dans le salon - cuisine de l'hostel.

La première rivière que l'on traverse est la Horahora River et la seconde traversée sera celle de l'estuaire de la rivière Taiharuru.

Le plus important est l'heure des marées et un calendrier l'indique. Mais notre hôte nous l'a indiqué auparavant.

La marée basse est à 11h15 sur le calendrier mais une indication dit d'ajouter 30 minutes, donc disons à 11hs45.

 Il y a les indications pour savoir exactement à quel endroit on doit traverser et les repères que l'on doit suivre pour ne pas se perdre.

C'est parti ! 

 Il est 12h25 et on va traverser la premiére rivière...

 Et on arrive de l'autre côté à 12h55.

On a enlevé nos chaussures et on prend le temps de se sécher.

Au tour de l'estuaire maintenant ...

En 20 minutes , l'estuaire est traversé et à 13h40, on est de l'autre coté. 

J'ai gardé mes chaussures dans cet estuaire et voici l'état dans lequel elles se trouvent après cette traversée.

Et on est 3, ce qui était quand même plus rassurant avec l'eau jusqu'au bassin.

On monte sur une colline d'où on aperçoit la plage sur laquelle on va marcher et trouver le prochain camping pour la nuit à venir. Au loin, on peut apercevoir Whangarei Heads.

 Le ciel est fantastique ce soir.

 

Voir les commentaires

26 octobre 2020 De Whananaki à Ngunguru

21 Septembre 2021, 13:14pm

Publié par kodamian

26 kms aujourd'hui avec un maximum de 93 mètres d'altitude : c'est le programme de la journée pour rejoindre Ngunguru depuis Whananaki.

 

Je marche tout d'abord en direction de Sandy Bay et on peut apercevoir sur la photo ci-dessous le pont pour piéton et cycliste le plus long du monde. 

Voici Sandy Bay

Il y a une histoire émouvante à propos de cette baie. En effet, un cargo appelé Capitaine BOUGAINVILLE prit feu durant une tempête en septembre 1975. Il y avait 29 membres d'équipage et 8 passagers à son bord. Il convoyait de la viande et des produits laitiers à destination de Sydney en Australie. 16 vies furent perdues durant le naufrage avec le chavirement des canots de sauvetage en raison des vagues impressionnantes et par froid glacial. Un monument ici énumère le nom des disparus, les survivants purent atteindre le rivage sur cette plage sud de Whananaki.

Beaucoup de locaux se rappelent de cette catastrophe et ont aidé les survivants.

 On a des paturages sur les collines avoisinantes.

D'autres marcheurs font la route et on va ainsi être ensemble pendant quelques jours. Il s'agit de néozélandaises qui ont décidé de traverser le pays, une qui vient de la région de Taranaki et une autre de l'ile du sud, agées respectivement de 60 et 72 ans. Bravo !

 

Je tiens à montrer l'intérieur de toilettes publiques en Nouvelle-Zélande. Non seulement elles sont toujours propres mais elles disposent toujours de papier. Il y a des gens qui sont affectés à l'entretien et d'autres pays sans les citer devraient en prendre exemple.

 Voici Sandy Bay avec donc Whananaki South beach et Sandy beach

En Nouvelle-Zélande, on attache une grande importance à la nature et c'est pourquoi le recyclage est une évidence.

Le treck se poursuit ainsi sur Sandy beach où je suis en compagnie d'autres marcheurs.

C'est le village de Matapouri  que je peux alors apercevoir. Matapouri voudrait dire pour moi " que l'on voit pendant la nuit " car c'est ce que celà signifierait selon moi en wallisien.

Il y a encore une dizaine de kilomètres à marcher avant d'arriver à Ngunguru.

Mais oui ! je t'ai reconnue ! Tu es la Chèvre de Monsieur Seguin ! Pour ceux qui ont un certain age parmi mes lecteurs, ils comprendront. Je ne sais pas quant aux jeunes générations.

Comme dans plusieurs régions du pays, il y a encore des kiwis ici et c'est pourquoi les chiens sont absolument interdits pour la promenade ici.

Voilà un arbre dont le coiffeur a fait quelque chose d'assez original.

C'est la Whangaumu bay qui apparait alors et la rivière Ngunguru s'y jette.

Ça y est ! je suis arrivé à Ngunguru et je vais y rester quelques heures avant de prende le bateau privé qui appartient à l'hostel situé de l'autre coté du fleuve Ngunguru et où je vais passer la nuit. C'est de toute façon sur le trajet du " Te araroa Trail ".

C'est l'occasion d'une part de faire les courses pour les jours à venir et de manger au fish and chips local avant de prendre le bateau un peu plus tard dans la journée.

Tiens, un panneau qui m'interpelle : ce sont pour moi les Fiji qui sont l'endroit le plus proche de chez moi à Wallis et Futuna.

Moi qui pensais qu'il n'y avait que 7 nains , j'ai tout faux !

Je rencontre un couple de trekkers qui font également le Te Araroa treck et on va prendre le bateau ensemble.

Les indications sont claires : c'est par là ! Peut être que certains pensent qu'il faut alors traverser à la nage pour continuer le trip .... mais ce n'est pas le cas.

Une navette vient en effet nous chercher pour passer de l'autre coté de la rivière.

Nos sacs sont mis sur le bateau à l'avant et c'est parti pour un tour !

Notre capitaine est le propriétaire de l'hostel où nous allons passés la nuit .

Et il est très sympa. Etant donné qu'il a du temps, il fait un détour par la mangrove et nous explique le fonctionnement de cet endroit unique au rythme des marées.

Le soleil se couche et il est temps d'arriver.

 

Voir les commentaires