Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog kodamian

28 octobre 2020 Whangarei 1ère partie

22 Septembre 2021, 09:08am

Publié par kodamian

Suite à l'article précédent, je quitte donc le Te Araroa Trail pour aller visiter la ville de Whangarei. J'ai la chance d'être pris au bord de la route par une voiture qui m'a vu marcher avec mon sac à dos. Par le plus grand des hasards, il s'agit d'une française qui habite dans la banlieue de Whangarei mais qui vient y travailler.  Elle me dépose devant l'hostel que j'ai réservé , Cell Block, qui est une ancienne prison reconvertie en backpacker.

Les chambres sont les anciennes cellules des détenus et c'est vraiment la première fois que je dors en prison.

Difficile de s'évader avec de telles grilles.

On a les cellules de chaque côté du couloir et on trouve aussi cuisine, salle de bain et espace de repos dans l'auberge.

 

Pour avoir un aperçu de ce que peut être une salle de bain dans une prison ...

Sur un panneau, je photographie les cartes de la ville pour me repérer et je pars me balader en ville. Mon backpacker " Cell Block " est situé sur cette première carte au numéro 9.

Je repère ainsi le trajet pour aller au I-site ( Information Center ).

Sur cette deuxième carte, on peut avoir un aperçu de la région de Whangarei. Ce matin, j'étais en bas et à droite de cette carte dans la région de Whangarei Heads.

Le backpacker est situé juste en face de l'Hotel de Police.

Et de l'autre côté de la rue, c'est " Le Bistro " !

La ville de Whangarei est une des villes importantes du Northland.

On y trouve tous les services.

Il y a comme partout des fresques sur certains murs et qui sont vraiment sympas.

 

En me dirigeant vers le Centre d'information, je vois un grand batiment en construction qui me fait immédiatement penser à Hundertwasser ( voir article sur lui dans le blog ).

J'arrive enfin à la Marina.

La Marina est devenue aujourd'hui une zone touristique importante de la ville, où on peut trouver restaurants et cafés. 

 Je vais faire un tour au bureau de la Marina, où on peut trouver un certain nombre de livres à consulter ou à emprunter. En effet, il y a de nombreux navigateurs qui font escale dans ce port après avoir traversé l'océan pacifique et c'est un lieu agréable où séjourner.

On peut ainsi trouver des livres en plusieurs langues.

 Je m'attarde devant cette image de Whangarei à l'époque.

Sur cette seconde photographie, on peut voir en bas la Marina où je me trouve avec les voiliers qui y sont ancrés, puis la riviére se dirige vers l'est et son estuaire en boucles. On voit au fond Whangarei Heads qui est la Montagne Nord à l'embouchure de la rivière Whangarei et du côté sud le terminal pétrolier et gazier à l'endroit appelé  " Marsden Point ".

Suivant les conseils de l'I-Site ( information Center ), je vais tout d'abord visiter le fameux musée de l'Horlogerie " Claphams " .

 

 

J'y passe plus d'une heure à découvrir ce musée qui est le plus important de l'hémisphère sud dans son domaine. On y apprend toute l'histoire du temps qui s'écoule et des moyens que les premières civilisations ont utilisés pour quantifier le temps qui passe.

On trouve des oeuvres d'Europe et de France dont cette horloge provenant d'horloger de la Nièvre.

 

 

 

 

 

 Je veux en savoir plus sur Clapham qui créa se musée et je lis alors sa biographie.

 

 La passion pour les montres d'Archibald Clapham ( 1882 - 1963 )

C'est le pendule imposant de son grandpère qui avait impressionné dans son enfance Archibald. Son père remarquant sa fascination pour la mécanique, lui offrit une boite à musique quand il eut 7 ans.

Ce fut alors un hobby qui ne le quitta plus.

Son nom comme collectionneur de montres et d'horloges avec un certain sens de l'humour  fit le tour du monde, et sa collection d'objets concernant le temps sont connus mondialement et le musée fait désormais partie du patrimoine de Whangarei.

 Inventeur et créateur

Tout au long de sa vie, Archibald avait un esprit d'indépendance et le sentiment que tout était possible si on le voulait bien.

Dès l'age de 16 ans alors qu'il habitait encore en Angleterre, il possédait des outils et était intéressé par tout ce qui touchait de près ou de loin à la mécanique. Il acheta une bouilloire d'occasion, fabriqua un moteur à vapeur, l'installa dans un bateau d'occasion et transporta des passagers le long de River Tees dans le Yarm, la ville du Yorkshire dans laquelle il était né.

 

 Archibald voulut devenir horloger depuis sa jeunesse mais commença un apprentissage dans l'ingénieurie, sans oublier son intérêt pour les montres et les horloges dont il fit un hobby.

Archibald quitta l'Angleterre en 1903 à l'age de 21 ans, et après avoir habité dans diverses régions de Nouvelle-Zélande, décida de s'installer dans une petite ferme à proximité de Whangarei avec sa femme Eva et leurs 4 garçons. Un héritage familial lui permit de commencer sa collection d'horloges avec l'idée d'ouvrir un musée.

Sur ce panneau en quittant le Musée, il est écrit qu'à la fin de notre balade à travers le temps, on trouvera que le temps est plus populaire que jamais. Environ 500 millions de montres sont vendues chaque année.

 

Commenter cet article